Rencontrez notre chef

à propos de

Lui,c'est un Ardèchois pure châtaigne. Cluac, l'église de Cluac, vous connaissez ? Dans le haut Vivarais ? Un hameau de Saint Basile ? Non ? Cela ne l'``tonne pas, cela ne le chagrine pas davantage.

Il y est né, le dernier de sept enfants, dans une famille de paysans..

En fin de troisième, on lui laisse le choix. Chimie ou cuisine ? Il choisira la seconde option. Et là encore, il faut trancher ; Cham’ ou Grenoble ? L’école hôtelière de Chamonix ou celle du Dauphiné ? Le temps de décrocher CAP et BEP, puis quelques années plus tard, sa maîtrise, son horizon sera barré par le mont blanc.

Il troquera le toit de l’Europe pour la Soufrière en Guadeloupe. Jusqu’à un coup de fil, celui d’un ancien patron. Le voilà qui rapplique en métropole pour sauver un restaurant communal en perdition à Ozon. Lui que « rien ne retenait », il a su « au bout de deux ans qu’il resterait ». Cela fais plus de 30 ans maintenant qu’il est revenu au pays.

Aujourd’hui, à Annonay, Raymond est connu comme le loup blanc. Toute en bonhomie, l’humour au bord des làvres, c’est le bon copain que tout le monde aimerait avoir. Mais un sacré « bosseur ». Que vient de récompenser le titre de maître restaurateur.

Le Dauphiné Ardèche. « Goûts et histoire d’une destination plaisir ». 2011

c